Le silure aux appâts: le repas est servi... Avec Tristan Morel

Habitant à proximité d’Avignon et du mythique fleuve Rhône, la pêche aux appâts est une technique que j’affectionne particulièrement, notamment sur les silures éduqués que nous avons chez nous, que de nombreux pêcheurs de toute l’Europe viennent traquer depuis longtemps.

Pour tromper ces poissons très prisés, et recherchés la plupart du temps en verticale, il faut savoir leur proposer autre chose.

Je pratique la pêche aux appâts (pellets, bouillettes, attractants,…) depuis quelques années, et les résultats sont vraiment surprenants.

J’utilise cette technique pendant toute la belle saison, du Printemps à l’Automne, quand les eaux sont tempérées et que les débits du fleuve sont faibles.

Avec cette technique, nous sollicitions le coté opportuniste du silure.


Le repérage :

Quand j’arrive sur un poste, je passe toujours un moment à rechercher mes spots au sondeur.

Il ne faut surtout pas négliger cette phase, le but étant de repérer les endroits sur lesquels peuvent passer, ou se tenir les silures, comme les pieds ou les têtes de cassures, les obstacles, etc...


Le matériel :

Je pêche avec deux cannes posées sur un rodpod, à la manière d’un carpiste.

Ce qui est amplement suffisant, car il n’est pas rare d’avoir deux départs simultanés quand les silures ont repéré les amorçages et s’y tiennent.

Cette année j’utilise les cannes Black Cat séries limitées « Kevcat » de 2m90 qui ont une action très progressive, avec une importante réserve de puissance.

Cette action spécifique permet de combattre de très gros spécimens en évitant de les décrocher, mais aussi de prendre du plaisir sur des poissons de taille plus modeste.

Pour les moulinets je fais confiance au Black Cat Catextreme en taille 85, que j’équipe d’environ 300m de tresse en 0,38mm.

Je finis le montage avec une tête de ligne en nylon de 0,80mm d’environ 20m, et un bas de ligne de 40 cm en tresse de combat de 0,70mm sur lequel je fixe mon appât avec un cheveu.

Je finis le montage avec un hameçon de taille #1 ou #1/0 en fonction de la taille de l’esche que j’utilise.

La plupart du temps je confectionne un montage équilibré, constitué d’un bouillette dense de 24 ou 30mm et d’une popup de 20 ou 24mm..


La technique :

Je pratique essentiellement une pêche dite « au spot », avec un amorçage modéré, constitué de bouillettes d’amorçage Monster Cat, de pellets et d’aliments pour chiens, le tout boosté avec de la sauce de trempage.

Je forme un spot autour de mon appât, afin de tenir les silures sur le coup.

Sans être trop grossière, la présentation de l’appât doit être parfaite pour décider un poisson, mais aussi pour le piquer correctement et éviter la décroche.

D’ailleurs, selon moi, l’un des secrets de cette technique, est la discrétion du montage.


Cette approche m’apporte d’excellents résultats, car elle intéresse tous les silures, et de très gros poissons se laissent piéger.

N’hésitez pas à tenter l’expérience à votre tour.



Tristan Morel

273 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout